Pierre-Jérôme Jehel

Damas / ville palimpseste

ou avant le désastre

01_01_02_damas 2

J’ai réalisé cette série de photographies en février 2010. Je participais alors à une mission archéologique et historique portant sur les portes et la muraille de Damas (menée par Jean-Michel Mouton – École pratique des hautes études – avec une équipe franco-syrienne – DGAM). Circulant dans la ville à la recherche d’indices architecturaux ou d’inscriptions historiques, je fus frappé par la superposition de ces témoignages d’époques lointaines et tumultueuses avec la vie moderne et animée qui emplissait la ville. Un calme régnait, presque douteux, mais rien de pouvait me laisser penser que l’horreur était si proche. A mon retour, j’écrivais ce court témoignage sous forme poétique

Les murailles de Damas ne sauraient

contenir les souvenirs

accumulés par les siècles.

Dans « la plus vieille ville du monde »,

les indices se superposent

par blocs,

par bribes de mots et de matières.

Le tintement des motos en uniforme,

se laisse bercer

par la clameur assourdie des souks

et le chant lancinant des mosquées.

Le passé s’est déposé sur chaque pierre,

les combattants ont fait place

aux chauffeurs de taxis,

le béton gonflé d’orgueil fait maintenant son office.

Je n’ai pratiquement pas montré ces images. Je les ai regardées de temps en temps comme pour déceler d’autres indices de cet effondrement qui couvait. En 2010, les tensions destructrices qui tiraillaient la ville paraissaient comme les traces d’un passé complexe qui semblait apaisé. Le contrôle du régime était permanent, mais les apparences ne laissaient pas percevoir qu’une guerre se préparait. Aujourd’hui, ces images ont basculées dans le témoignage historique et je suis finalement saisi par leur force « autonome ». Comme si les photographies étaient des images vivantes par elles-mêmes mais irrémédiablement reliées à notre mémoire. Parti à la recherche d’inscriptions enfouies par les siècles, je constate que j’ai relevé les traces d’un monde qui s’effondrait, et peut-être allait tragiquement disparaître. Les photographies nous fascinent car elles donnent à voir le monde et réciproquement sont éclairées par lui et par les bouleversements qui le traversent.

02_01_01_damas 2 03_01_06_damas 04_01_07_damas 05_02_11_damas 06_06_03_damas_tour 07_10_11bis_damas 08_06_04_damas 09_damas2009jehel_0023 10_damas2009jehel_0019 11_08_06_damas 12_07_01_damas 13_07_07_damas 14_10_01_damas 15_11_04_damas 16_14_09_damas 17_14_10_damas 18_damas2009jehel_0057 19_damas03_04 20_01_11_damas

Photographe et enseignant, sa pratique photographique et ses recherches portent sur les rapports entre la photographie, les sciences de terrain et le voyage.

Il collabore avec des missions de recherche, expose et publie régulièrement son travail. Il est aussi commissaire d’exposition sur des fonds photographiques (récemment dans le cadre du Mois de la photo à Paris). Après des études scientifiques, diplômé de l’Ecole Supérieure Louis Lumière et d’un DEA en histoire de la photographie, il enseigne aujourd’hui au département photographie de Gobelins, l’Ecole de l’image (Paris)

son site: l’Atelier des Mots Et du Regard: www.a-m-e-r.com

Retour aux photographes sélectionnés 2014

Publicités