Florian Ruiz

Fukushima, le mal invisible

Fukushima, invisible pain.01

Dans la nature et dans la périphérie des villes de la préfecture de Fukushima, j’ai photographié le mal invisible de la radioactivité. En écoutant le rythme des saisons, comme dans les estampes japonaises traditionnelles, j’ai voulu saisir la perception changeante de la nature. Nature où se fixe le plus la radioactivité.

J’ai utilisé des sténopés en favorisant des temps d’exposition longs afin de fixer dans la durée la présence de ce mal. J’ai mesuré à l’aide d’un dosimètre la quantité de rayonnement radioactif en microSivert (μSv) reçu durant le temps de l’exposition. C’est ce résultat que j’ai incrusté dans les photos.

J’ai utilisé ce procédé de superposition d’images décalées afin de créer une vibration, une déformation du réel saisie dans l’objectif qui révèle la présence de la radioactivité dans la photographie. Procédé qui réinvente, tord le paysage afin de produire une sorte de vertige, de malaise lié à la palpitation de l’invisible.

A travers ce sujet, j’ai voulu interroger la Photographie en essayant de traduire par une image ce qui n’est pas perceptible à l’œil en utilisant le temps et la distorsion.

Fukushima, invisible pain.02 Fukushima, invisible pain.03 Fukushima, invisible pain.04 Fukushima, invisible pain.05 Fukushima, invisible pain.06 Fukushima, invisible pain.07 Fukushima, invisible pain.08 Fukushima, invisible pain.09 Fukushima, invisible pain.10 Fukushima, invisible pain.11 Fukushima, invisible pain.12 Fukushima, invisible pain.13 Fukushima, invisible pain.14 Fukushima, invisible pain.15 Fukushima, invisible pain.16 Fukushima, invisible pain.17

BIO

Après des études de droit et d’histoire, j’ai voulu porter un regard photographique « humaniste » sur les univers sociaux désespérés marqués par la souillure et la désillusion, traduire les ambiances, le ressenti, les sensations face à des univers marqués par le trouble. Je m’attache à saisir les entre deux, les univers à la limite à travers le prisme déformant et granuleux d’appareils argentiques rudimentaires pour faire intervenir l’imprévu et la déformation comme le moyen d’expression d’une réalité multiple.                                                                                                                                                                     Mon dernier travail a été récompensé par deux prix : Le Sony World Photography 2013 et l’International Emerging Artist Award 2013 ; il a bénéficié de plusieurs expositions (Somerset House London, Month Of Photography) et de publications.                                                                                                                      Dans mes projets en cours, je cherche à interroger la Photographie en essayant de traduire l’invisible par la déformation et la distorsion de l’image.

Je vis et travaille au Japon.

Florian RUIZ

florian_ruiz@hotmail.fr

Koto-ku Shiomi 2-7-1 Shiomi, Ekimae Plaza Nibangae 1310, 135-0052 Tokyo JAPAN

http://florianruiz.com/

Retour aux photographes sélectionnés 2014

Publicités