Oscar Fernando Gomez

La mirada del taxista

Fenêtres

Je m’appelle Oscar Fernando Gómez. Je suis né à Monterrey, Nuevo León, Mexico. Actuellement, j’ai la quarantaine. Il y a environ 20 ans, quand j’avais 18 ans, j’ai quitté la maison familiale pour vivre ma vie. Ensuite, j’ai décidé d’aller à Mazatlán pour chercher du travail, pour avoir une chance dans la vie. Mais en y allant, je me suis retrouvé dans la mauvaise ville. Je suis en fait allé à Guadalajara. Mazatlán se trouvait à quatre heures de là. J’ai commencé à vivre dans les rues, en mangeant de petits oiseaux et buvant les fonds des bouteilles que les gens abandonnaient en sortant du cinéma. Je pensais que ma vie se terminerait comme ça, quand je me suis souvenu d’une tante qui vivait à deux heures de là, à Léon, Guanajuato. J’y suis allé en stop, à bord d’un camion, d’une charrette et puis d’un van de fraises. J’ai vécu là-bas jusqu’à l’âge de 28 ans. Je me suis acheté un appareil photo Kodak pour photographier la ville afin d’avoir quelques souvenirs. Je faisais du vélo pour aller un peu partout dans Léon et faire des photos.

Je suis rentré à Monterrey, ma ville natale et j’a acquis un appareil photo 35mm. J’ai commencé à faire des photos pour le plaisir : des rivières, des montagnes et la nature en général. Je voyais cela comme un hobby car en parallèle je cherchais du travail. Je cherchais un emploie d’ouvrier quand mon voisin, qui allait se marier, m’a demandé de prendre les photos de son mariage. Ceci m’a amené à prendre des photos de toute sorte d’évènements y compris de mariages. Je n’ai pas étudié la photographie mais j’ai acheté un magazine où il y avait deux pages de cours de base et, à partir de cela, j’ai appris l’essentiel. Depuis, j’ai couvert plusieurs mariages. Mais je dépensais beaucoup d’argent dans les taxis. J’ai donc décidé d’en acheter un pour avoir un moyen de transport mais aussi pour épargner cet argent que je dépensais. J’allais partout avec et, quand il n’y avait pas de travail en tant que photographe, je travaillais comme chauffeur de taxi.

J’ai travaillé ainsi pendant très longtemps. J’ai profité de l’occasion pour développer cette série d’images prises à travers la fenêtre de mon taxi. J’ai particulièrement photographié les endroits les moins favorisés de Nuevo León, où j’ai vécu pendant mon enfance. C’était comme faire un autoportrait.

Plus récemment, j’ai cessé de conduire le taxi et, avec l’aide d’une subvention du gouvernement, je gagne ma vie en tant que photographe. J’avais juste besoin d’une opportunité, comme tant de gens qui sont dans mes photographies.

Oscar Fernando Gómez

00-27demayo09 302

2deabril08 520

2deabril08 208 2dedic09 068 3demarxo09 030 4demayo09 103 7demayo09 067 7demayo09 076 7demayo09 283 11deabril09 800 11deabril09 890 12 de amyo09 015 15demarxo09 044 15demarxo09 316 19 de marzo 09 1004 20dedic09 056 20demarxo08 269 21dejulio09 219 23demarzo09 027 23demarzo09 499 23demarzo09 1156 23demato09 397 24 de mayo 09 078

29demarzo09 387 29demarzo09 628 31deagosto09 029 ofg_01_23demarzo09 403 ofg_09_19 de marzo 09 026 ofg_12_23demarzo09 334 viernes3deabril09 091 viernes3deabril09 300

Oscar Fernando Gómez

Photographe, vit à Nuevo León, Monterrey, Mexico.

www.lamiradadeltaxista.com

Retour à la galerie