Rappel prochaine rencontre ARPIA: le samedi 11 mai

Cher.e.s ami.e.s d’ARPIA,

Nous vous attendons nombreux et nombreuses lors de notre prochaine rencontre, le samedi 11 mai à 10h, avec Fernanda Aguiar C. Martins, pour un échange autour des « symphonies urbaines ».

A la Cité Internationale Universitaire de Paris – CIUP. Fondation Maison du Brésil – Salle Lúcio Costa. 7L Bd. Jourdan 74014 PARIS, RER B : Cité Universitaire / Tram T3, Bus 21 ou 67 : Stade Charléty

Publicités

Les rencontres d’arpia : le 11 mai 2019

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre prochaine rencontre, le samedi 11 mai prochain, avec Fernanda Aguiar C. Martins, pour un échange autour de la photographie, du cinéma et de la ville.

Nous vous attendons nombreux et nombreuses!

L’équipe Arpia

ARPIA salue Agnès Varda

Les plages d’Agnès

.
Agnès Varda nous a quitté, mais sa sensibilité, sa curiosité et son inventivité vont continuer à nous inspirer. Toute son œuvre nous permet de croire que regarder le monde et l’autre autrement est possible.
Nous continuerons toujours à apprendre avec cette femme photographe, cinéaste, artiste. Ce qu’elle nous laisse n’est pas simplement une leçon sur les images, mais une leçon sur comment vivre avec les images.
.
.
.

Bonne année !

L’équipe arpia vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2019

© W. Eugene Smith

Nous reviendrons vers vous très bientôt avec des informations concernant nos activités pour cette nouvelle année.

Pour ceux et celles qui veulent nous soutenir, vous pouvez le faire en adhérant à l’association et/ou en participant en tant que membre bénévole.

Amicalement,

L’équipe arpia

Rappel prochaine rencontre ARPIA

Cher.e.s ami.e.s d’ARPIA,

PETIT RAPPEL:
Le vendredi 7 décembre à 18h30, nous écouterons Amandine Turri Hoelken sur « Les enjeux d’une photographie documentaire dialogique », au sous sol du café L’insomniac, 46 rue Léon Frot, Paris 11e.
 
Et ce même vendredi 7 décembre à 17h30 se tiendra notre assemblée générale (nous y parlerons de nos activités) à laquelle chaque ami.e d’ARPIA peut participer ou non en toute liberté.
A bientôt nous espérons.
Bien amicalement,
Le bureau d’ARPIA

 

Assemblée générale et rencontre Arpia – Erratum

Bonjour à toutes et à tous,

Petite erreur de date dans notre dernière newsletter. Notre assemblée générale et notre rencontre avec Amandine Turri Hoelken auront lieu le 7 décembre prochain.

Assemblée générale à 17h30.

Rencontre avec Amandine Turri Hoelken à 18h30.

À L’INSOMNIAC

46 Rue Léon Frot – 75011 Paris (salle au sous-sol) – Métro Charonne

Nous espérons vous voir nombreux!

 

Exposition de Sylvaine Conord

SYLVAINE

RESISTANCES ORDINAIRES DE QUARTIERS POPULAIRES.
DE VIENNE A LISBONNE, DE BRUXELLES A PARIS.
PHOTOGRAPHIES DE SYLVAINE CONORD

Exposition présentée par l’équipe de recherche R.E.V. (Rester en centre ville)

UMR LAVUE, 7218, CNRS, CRH, PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture)

Du 16 au 29 novembre, 2018,

Université de Nanterre, 200 av de la République, Hall du bâtiment Max WEBER

Vernissage, le 22 nov. à partir de 12h

L’Université Paris Nanterre présente l’exposition Résistances ordinaires de quartiers
populaires, de Vienne à Lisbonne, de Bruxelles à Paris. Cette exposition, itinérante depuis deux ans, est le fruit d’une étude (2014-2016) menée par une équipe mixte de sociologues et géographes dirigée par Yankel Fijalkow et Claire Lévy-Vroelant et pilotée par le CRH-LAVUE qui répond à un appel d’offre sur la Ville ordinaire et la Métropolisation lancé par le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture).
Les quartiers populaires des grandes villes européennes sont-ils condamnés à être laminés par une gentrification écrasante ? Prises au cours de balades accompagnées, en complément de deux cents entretiens réalisés (par les 12 chercheurs européens de l’équipe) avec des habitants de chaque quartier, les photographies de Sylvaine Conord offrent de nouvelles perspectives. L’exposition porte sur quatre quartiers européens : Mouraria (Lisbonne), Volkertviertel (Vienne), Heyvaert (Bruxelles), la Goutte d’Or (Paris). Grâce à ce procédé d’enquête vivante in situ, la photographie sociologique permet d’esquisser le système de lieux et de liens de la personne enquêtée. Ce travail d’interprétation visuelle des récits offre une lecture singulière, créative et représentative à la fois, traçant des convergences entre les quartiers par-delà les frontières.