Expositions de l’été: Félix Arnaudin

On le surnommait « lou Pec », « le Fou » en gascon. Ecrivain, historien, poète… Félix Arnaudin (1844-1921) était aussi un fervent photographe, comme le démontrent les deux cent soixante tirages présentés au musée d’Aquitaine de Bordeaux. Toute sa vie, ce « possédé des Landes » a tenté de sauver de l’oubli la mémoire rurale de la Grande Lande landaise et girondine. Sillonnant les étendues plates environnant Labouheyre, son village natal, il saisit à la chambre les paysages, l’habitat, les activités champêtres. De par la richesse des détails, ces images ont un intérêt ethnologique évident quand elles documentent les techniques et les outils du gemmage, informent sur la construction des ruches et des poulaillers perchés. Les paysages au cordeau et à la grande profondeur de champ révèlent un talent manifeste. Quant aux portraits, d’une réelle intensité, ils rappellent ceux d’August Sander. Une même dignité, une même présence troublante.

Par Mathieu Oui

Publié initialement sur Télérama.

Jusqu’au 31 octobre, musée d’Aquitaine, Bordeaux (33). Tél. : 05 56 01 51 00. Et jusqu’au 30 juin, Le Rocher de Palmer, Cenon (33). Tél. : 05 56 74 80 00. | A lire : OEuvre photographique 1874-1921, éd. Confluences, 384 p., 48 €.

Publicités