50 ans du coup d’État militaire au Brésil

Journée de Conférences sur les 50 Ans du Coup d’État Militaire au Brésil. L’événement aura lieu le 17 Mai au Théâtre de l’Opprimé – Paris 12ème.

Imprimer dictature.svg

Cycle de conférences sur les 50 ans du coup d’État militaire au Brésil :

La dictature brésilienne (1964-1985) – 21 ans d’une « page malheureuse de notre histoire » : essence, forme, rémanences…

17 mai 2014

Lieu : Théâtre de l’Opprimé – 78 rue du Charolais, 75012 Paris

Programme provisoire

09h – 11h – Aspects socio-économiques de la dictature

09h – Paulo Kliass (journaliste à Carta Maior, doctorat en économie de Paris X) : « Le coup d’État de 1964 et la modernisation conservatrice » (texte envoyé)

09h 20 – Antoine Acker (doctorant à l’EHESS) : « Volkswagen du Brésil, un partenaire du régime militaire ? »

09h 40 – Rodrigo Nabuco (Université de Toulouse) : « L’alliance France Brésil pendant les années de la dictature »

10h – Maria José Chotil : « L’exil des travailleurs brésiliens de classes populaires pendant la dictature de 1964-1985 »

11h – 13h – Le coup d’État aujourd’hui

11h – Commission Nationale de la vérité :

11h 20 – Kim Aumonier et Nicolau Bruno : « La singularité de la Frente de Esculacho Popular dans le mouvement Mémoire, Vérité et Justice au Brésil « 

11h 50 – Sophie Maurissen (doctorante à l’Université de Paris 7 – Denis Diderot) : « Le caractère sadique chez le tortionnaire durant la dictature militaire au Brésil »

12h 10 : Bruno Groppo (CNRS) : « Le Brésil face à un passé difficile : de la Loi sur les disparus à la Commission Nationale de la Vérité »

12h 30 – 13h – Débat

13h – 14h – Déjeuner

14h -16h : Témoignages : l’expérience de l’exil

14h – Rui Frati : parlera sur son père, l’un des 17 prisonniers politiques libérés en échange de la libération de l’ambassadeur américain, enlevé par des révolutionnaires brésiliens

14h 20 – Luiz Eduardo Prado de Oliveira (journaliste exilé, Paris 7) : « Un putsch, deux dictatures et trois rêves »

14h 40 – Jader Cunha Neves (sociologue exilé) : « L’intégration par la base »

15h – Angela Xavier de Brito (CNRS/CERLIS) : « Cet amer caviar de l’exil »

15h20 – 15h 55 – Débat

16-17h 30 : L’art et la dictature

16h –

16h 20 – Clara de Andrade (doctorante à l’UFRJ) : « Augusto Boal : mémoire et résistance en exil »

16h 40 – Erika Thomas (FLSH-ICL Lille & Université d’Artois) : « Migration des images d’archives dans la fiction cinématographique et télévisuelle : La dictature brésilienne à l’écran »

17h – João de Oliveira (Docteur en cinéma Paris 3) : « Le cinéma novo, le théâtre et les différentes formes de résistance au coup d’État »

17h 20 – 17h 40 – Débat

17h 40 – 20h : Le coup d’État et ses conséquences

17h 40 Luiz Antonio Cunha (UFRJ) : « L’héritage de la dictature dans l’éducation »

18h10 : Afrânio Garcia (EHESS) : « Mobilisations autour de la réforme agraire et coup d’État de 1964 : l’expulsion des descendants des plantations et la croissance de la misère urbaine (1964-1985)

18h 40 – Michael Löwy (CNRS et EHESS) : « L’Église Catholique et la dictature militaire »

19h 10 – Alain Touraine (CNRS et EHESS) : « L’évolution sociale et politique du Brésil depuis la dictature »

19h40 – 20h 00 – Débat

20h : Concert de clôture avec quelques musiques de l’époque de la dictature

Idéalisation et Organisation : João de Oliveira (avec une immense, gigantesque, collaboration de la sociologue Angela Xavier de Brito).

Contact : deoliveirajoao@yahoo.fr

Partenaires : Pasquinália et Théâtre de l’Opprimé

Publicités